Isaline Vuille:
Mirrored self

Isaline Vuille écrit après la performance «Names of all the spectators separated by commas», un projet de Carlos Maria Romero et Guillaume Marie aux Urbaines vendredi 5.12.2014 à l’Arsenic à Lausanne.

Je dois donner mon nom à l’entrée.
Société secrète. Rideaux lourds, sombres. Quels mystères sont cachés ici ?
Je fais partie du public.
Quatre rangées de chaises se font face, chacune multipliée comme par un miroir. Je m’assieds et dois un peu déranger cette chaise qui reflète la mienne – chaise vide, ma place à l’envers, mon double. Près de l’entrée, un homme est assis dans la lumière aveuglante d’un projecteur trop fort, il ferme les yeux, il languit. De l’autre côté son image est projetée, le redouble parfaitement, sans aucun écart, sans fantaisie. J’ai beau chercher, il est plus grand, c’est tout.
L’homme se lève et marche entre les rangées de chaises. Il vient vers moi et saisit le siège qui me fait face – moi qui me sentait vaguement protégée de la scène par ce rempart fragile, je tremble. Ma chaise est déplacée, il en prend d’autres dans le public, chorégraphie arbitraire, il les dispose dans l’espace, les renverse, les chevauche. Ce qui nous tenait ensemble, ce qui nous structurait est mis à mal, et symboliquement ça se trouve là, sous nos yeux. Dans l’espace scénique, des inconscients en vrac.
Au cours de ce processus l’homme se dénude – il se dépouille d’éléments inutiles plus qu’il ne cherche à séduire. En tout cas, il ne me plaît pas.

Rideau.

Dans le noir, l’homme apparaît armé d’une lampe à LED. Il la dirige vers lui – la forme de son corps se dessine dans les milliers de points lumineux qui se diffractent dans tout l’espace, tournent, virevoltent. La salle comme un dancefloor métaphysique. Double mouvement, dissociation de l’être, éparpillement dans les étoiles versus une densification des points, une concentration dans le corps. Transitivité de l’ici et maintenant.
La lumière revient l’homme est nu. Il s’approche, son regard est vide, blanc. Il fixe et semble en même temps absent – somnambule qui vit dans son rêve, possédé aux yeux révulsés, en transe, évanoui des cultes évangélistes touché par la grâce. Un corps d’où la conscience s’est absentée, gestes automatiques, suite impensée. Malaise en moi et autour de moi, l’homme en roue libre n’inspire rien de bon.
Peu à peu, il va vers les gens, susurre à l’oreille des hommes, met la main d’une femme sur son sexe, caresse les cheveux d’une autre, suce des orteils. Prise de contact frontale avec le public, qui répand une anxiété comme une traînée de poudre : serai-je la suivante et que me fera-t-il ? Comment réagira ma pudeur, vis-à-vis de lui, mais aussi de mes voisins, de cette autre partie du public qui me fait face ?

Pile en face.

Un ancien amant. Ses mains, ses caresses, ma main sur sa tête, accrochée sur son cou, dans son dos, ce soir où une intimité parfaite nous était tombée dessus sans prévenir. Avec toi je l’ai acceptée, je l’ai désirée, avec lui tous les pores de ma peau protestent. Il le sent et m’évite, il lit les ouvertures et le reste.
Il joue, il teste les limites, il se confronte et se livre, comme on joue dans la vie et comme on se prend des vents.

Isaline Vuille (curatrice à Genève), 4.12.2014
→ voir texte de Claude-Hubert Tatot sur la même performance

«Names of all the spectators separated by commas»
Carlos Maria Romero, Guillaume Marie, Charles Gonzalez Bernal, Manuel Ducosson. 5.12.2014. Lausanne. Les Urbaines at Arsenic, Salle 1. 23:00.
Marc Streit, Carole Beyeler, Deirdre Ryan, Brian Schoo, Brenna Murphy, Lukas Beyeler, Aaron Ross, Tom Clancey, Birch “human” Cooper, Jitka Mach Semotamova, Tomas Mach, Marilyn Themo, Gabriel Berlier, Claude Hubert, Isaline, Ilaria Orsi, Luigi Bozzo, Morgane, Delphine B, Thomas Wimzenried, Vladislav Tschumi, Helene Mariethoz, David Riatsch, Pavel Spiridonov, Olivier Cavalier, Silvie Dali, David Zorro, Cesare Leoni, Frenk Vinci, Enėa, Michele Morier, Fred Morier, Fabian Aydin, Nina Langensand, Celine Zufferey, Michael Scheuplein, Tizian, Ysaline Rochat, Philippe Oberson, Bruno Dest, Daniel Peter, Leia Falquet, Alicia Grandjean, Anouk Zurbuchen, Frida Legeret, Antonin Steullet, Micheke Pralomg, Federica Martini, Samuel Schellenberg, Emrah Bostan, Stephanie Schneider, Alexia Knezovic, Marine Dardant, Jacques Benoit, Henri Rene, Antonio Paone Louise Roux, Riccardo Arzuffi, Anna Croce, Philippe Stoll, Maria Da Silva, Illi Billy, Elise Pernet, David Maye, Adrien Barazzone, Delphine Abrecht, Cyril Mikhail, Melanie Dousset, Alain Borek, Camille Luscher, Romain Bionda, Marie Capel, Dominique Fleury, Caroline Lam, Nadine Fuchs, Christian Girarddelacouleur, Merouan Ammor, Isabelle Vuong, Karl Gipse, Annina Machaz, Mathias Ringgenberg, Mira Kandathil, Adriana Cavallaro, Amaya Ha Minh, Pi Why, Ruben Valdez, Thinault Brevet, Garlic, Miki Buschi, Ivan, Jj Basic, Sophie Guyot, Anna Van Bree, Ode De Castellius, Sandrine Kuster, Krassen Krastev, Robert Fux, Inez Cierna, Bertrand Rey, Spela Glavac, Ivan Prieto Fernandez, Michael Hart, M11 Crystal, Flav.uagniauxx, Emilie Vullioud, Leila Trabelsi Ferran Font, Newton Whitelaw.